En visite au Sénat

Alors que la session parlementaire s’achève, les 3G ont visité fin février le Sénat, qui partage le pouvoir législatif avec l’Assemblée nationale. Le Sénat est installé au Palais du Luxembourg, un superbe bâtiment du XVIIe siècle entouré de ses célèbres jardins.

capture-decran-2017-03-04-a-17-15-06
Nous sommes entrés par la cour de jonction, à la limite d’un second palais, le Petit Luxembourg. De là nous sommes passés par la Cour d’Honneur, nous avons vu la Salle du Livre d’Or puis la Salle des Conférences et l’hémicycle. Nous sommes redescendus par l’escalier d’honneur.

Notre guide nous a tout d’abord présenté les lieux : le Sénat est installé au Palais du Luxembourg, dans l’ancien palais de la reine Marie de Médicis. Celle-ci, devenue la régente du roi Louis XIII en 1610 quand son mari, le roi Henri IV, a été assassiné par Ravaillac, a fait bâtir ce palais sur la rive gauche de la Seine entre 1615 et 1630. L’architecte Salomon de Brosses a eu pour commande d’imiter le palais où la reine avait passé sa jeunesse, le palais Pitti à Florence. A l’étage, le peintre Rubens avait composé sa suite de tableaux du « cycle de la vie de Marie de Médicis » (aujourd’hui au Louvre).

A la Révolution française, le palais change de main : sous la Terreur, c’est une prison. Bonaparte s’y installe ensuite en 1799, quand il devient Premier consul. Le Sénat est fondé la même année mais il n’y a alors qu’une soixantaine de sénateurs, nommés à vie par Napoléon. Le palais va donc être modifié pour pouvoir accueillir la première chambre législative : en 1804, on supprime le grand escalier d’origine et on ouvre plusieurs salles pour créer un premier hémicycle qui pouvait accueillir une petite centaine de personnes tout au plus.

En 1814, le Sénat devient la Chambre des Pairs. En 1836, la première salle devenue trop petite est démontée pour construire l’hémicycle actuel (qui peut accueillir les 348 sénateurs d’aujourd’hui). Par la même occasion, l’architecte déplace entièrement la façade arrière (sur les jardins) d’une quinzaine de mètres afin de gagner en profondeur et agrandir le bâtiment.

Du palais de Marie de Médicis ne subsiste qu’une pièce au rez-de-chaussée : la Salle du Livre d’or. Elle tient son nom du fait qu’elle soit entièrement décorée à la feuille d’or, avec un superbe plafond peint : quand le palais a été réaménagé en 1816, l’architecte a aménagé cette pièce avec divers décors et boiseries provenant d’un peu partout dans le palais. On peut y mesurer quelle était alors l’épaisseur des murs, grâce à la profondeur des fenêtres de sans doute plus d’un mètre, ce qui permettait de mieux chauffer l’intérieur. Outre le décor doré à l’antique qui reproduit des motifs de la Renaissance italienne, nous avons pu admirer les petites scènes en camaïeux de bleus peints sur faïence. Dans un angle, une petite porte dérobée cachée dans le décor ouvre sur un petit couloir qui mène au bureau du vice-président du sénat.

img_1714

img_1718

img_1716

img_1713

img_1715

Nous avons ensuite rejoint la partie du bâtiment directement liée à l’activité législative.La salle des conférences est une longue et vaste salle où les sénateurs peuvent se retrouver à toute heure. On peut y admirer le trône de Napoléon et, sous une vitrine, un exemplaire original de la Constitution de la Ve République avec les signatures de Charles De Gaulle et de nombreux responsables politiques de l’époque (1958).

Trône de Napoléon dans la salle des conférences Dôme Tournon en arrière plan

constitution_de_la_ve_republique_4_octobre_1958_page_de_signatures_-_archives_nationales_-_ae-i-29_bis_n_19Dans les couloirs, les escaliers, nous avons remarqué ces petites « machines » du XIXe siècle qui permettaient de faire monter et descendre le courrier et même des dossiers.

img_1712Au bout de la salle des conférences, un salon aux fauteuils particulièrement attirants était orné de tableaux représentant de grands moments de l’histoire de l’État : on y reconnaît des rois (saint Louis, Louis XIII et Louis XIV) mais aussi des ministres comme Richelieu (et là, on pense aux Trois Mousquetaires).

Une autre longue salle, la galerie des bustes, permet de rejoindre l’hémicycle. Par terre, de petits clous dorés plantés dans le tapis indiquent aux membres de la Garde Républicaine où ils doivent se tenir pour être rigoureusement alignés lorsqu’ils font une haie d’honneur, tous les matins, sabre au clair, au Président du Sénat.

Il était prévu que nous voyions l’hémicycle depuis les tribunes du public mais nous avons eu la chance de pouvoir entrer directement dans la salle et nous assoir à la place des sénateurs (après avoir promis de ne rien toucher et de ne surtout pas ouvrir les tiroirs !). Nous nous sommes d’abord installés au fond, le temps qu’un sénateur présente les lieux à un autre groupe, puis nous sommes descendus au cœur des lieux.

img_1721

img_1722
Nous sommes installés dans les fauteuils des sénateurs : chacun d’eux a son nom inscrit sur une petite étiquette à sa place et un tiroir dans la longue table qui suit chaque rangée. Au bout de certaines rangées, on voit des micros qui peuvent être utilisés lors d’un débat.

img_3194

img_1723
Au-dessus de l’hémicycle, face au Président de séance, les tribunes du public tapissées de rouge et éclairée comme dans un théâtre.

img_3202

Nous voilà assis aux premiers rangs devant le plateau où s’asseyent le Président de séance et ses assesseurs, sous la tribune d’où parlent les orateurs, et juste derrière le banc des ministres : des ministres sont présents à chaque séance en fonction de l’ordre du jour. Ils doivent défendre les propositions du gouvernement et répondre aux questions des sénateurs qui sont élus non seulement pour voter les lois mais aussi pour contrôler l’action du gouvernement.

capture-decran-2017-03-04-a-17-05-18

On nous a expliqué que, si parfois nous voyons des images de cette assemblée avec très peu de sénateurs présents, c’est que chaque sénateur doit également appartenir à l’une des sept Commissions des lois, et que ces Commissions se réunissent en parallèle avec les séances en hémicycles : de ce fait, seuls les sénateurs directement concernés par un sujet, ou ceux qui ont des connaissances particulières dans le domaine discuté, seront présents en plus des rapporteurs de lois qui, justement, s’appuient sur le travail des Commissions pour bien maîtriser le sujet dont ils débattent.

capture-decran-2017-03-04-a-17-02-48

Nous avons appris qu’en revanche, le Président de la République n’a pas le droit d’entrer au Sénat non plus qu’à l’Assemblée nationale, en vertu de la séparation des pouvoirs qui caractérise le fonctionnement de la République : le Président de la République a le pouvoir exécutif, le Sénat et l’Assemblée nationale ont le pouvoir législatif. Toutefois, si le Président veut parler aux élus comme il a souhaité le faire au lendemain des attentats du 13 novembre 2015 lorsque l’état d’urgence a été instauré, les députés et les sénateurs sont réunis dans un seul lieu, à Versailles : on dit que le Parlement est réuni en Congrès.

Pour quitter le Sénat, nous sommes redescendus par le grand escalier d’honneur dont le motif du tapis change de forme sous l’effet de la perspective.

img_3206Les photos du groupe ont été fournies par Mesdames Darley et Franceschi ainsi que par Jade Hagopian. La documentation générale provient de la brochure de présentation du Sénat.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s